A New Delhi les 21 et 22 juin 2015

Monsieur Modhi, premier ministre de l’Inde avait demandé à l’ONU de déclarer une journée : journée mondiale du Yoga et cela eut lieu. Ce 21 juin dernier en était la première journée.
Un nouveau ministère fut créé en Inde, celui de l’AYUSH : Ministère de l’Ayurveda, du Yoga et de la Naturopathie, de l’Unani, du Siddha et de l’Homéopathie. Ce fut eux qui organisèrent ce congrès de deux jours auquel j’ai participé, et ce, de façon magistrale.
Des représentants de ce ministère nous accueillaient depuis l’aéroport jusqu’à notre départ.
Hélène Rondou, secrétaire de la fédération néerlandophone de Yoga était présente également. Nous avons partagé de nombreux moments ensemble, durant les conférences et en dehors.
Notre délégation voisinait celle de la France avec Micheline Flak et son amie. Un peu plus loin se trouvait la présidente de la fédération italienne de yoga.
Lors de la première journée, de cette gigantesque rencontre, Monsieur Modhi, l’honorable premier ministre de l’Inde, était présent. De ce fait la sécurité était maximale.
Petit détail amusant, personne ne pouvait entrer dans l’auditorium avec un sac aussi petit soit-il, tous les documents et tout ce que peut contenir le sac à main d’une dame devait se trouver dans nos mains, de façon visible.
Autre gag: nous étions en période de pré-mousson, et au moment de l’arrivée près de l’auditorium, une averse, c’est à dire des seaux d’eau nous tombaient sur le tête. J’avais mon imperméable, mais à l’hôtel, Hélène avait son parapluie à l’hôtel aussi…
Au moment de quitter le bus qui amenait les participants à l’auditorium, la pluie battait son plein. Pas d’endroit où nous abriter, nous avons pris nos chaussures en main : autant avoir au moins des chaussures sèches à l’intérieur… et nous avons été trempées. En effet l’entrée dans le bâtiment se faisait une personne à la fois, sécurité oblige.
Le matin, nous avions vu à la télévision la retransmission en direct du cours de yoga géant donné à Delhi, avec Monsieur Modhi, au premier rang des groupes. Il a pratiqué toute la séance. Et il est arrivé pour 11 heures à l’inauguration de la conférence internationale pour le Yoga et la Santé Holistique.
Rappelons qu’en Inde, les rituels sont importants. Et ici, ils sont faits avec respect et ont une vraie place. D’une certaine façon, cela donne de l’espace et permet au mental et aussi à l’esprit de se calmer.
Lors de chaque session deux personnes présentaient les orateurs, avec fleurs en début de session et cadeau en fin de celle-ci.
Le premier ministre a fait un discours fort intéressant et d’un niveau spirituel élevé.
Voici quelques idées que j’ai retenues : tous nous avons en nous, la graine. Mais c’est nous qui devons la transformer en arbre, et c’est notre pratique journalière de yoga qui permettra cela. C’est notre voyage de l’intérieur vers l’extérieur. Cela ne s’achète pas. Le yoga est le cadeau de l’Inde au monde entier.
Les conférenciers étaient des swamis, des médecins, des personnalités du monde politique, des chercheurs militaires et scientifiques.
Toutes ces conférences montraient la place de plus en plus importante que tient le yoga dans le monde indien, et international.
Voici quelques éléments que j’ai notés durant ces conférences, et qui m’ont semblé valoir la peine d’être rappelés.

  • L’avarice de l’homme ne tient pas compte de l’Univers. Sri Aurobindo disait que le yoga indien est la clé la plus importante pour sauver l’humanité. Et aujourd’hui cette clé est disponible pour tous. Il avait eu cette vision, il y a 75 ans d’ici, grâce à son ascétisme et sa vie d’ermite. C’est alors qu’il a lancé le mouvement libre de la Connaissance à travers les frontières. Son but était de poser les fondements pour construire un monde sans peur.
  • Si vous apprenez et que vous vous appliquez à avoir une belle écriture, dans toutes les situations dans lesquelles vous vous trouverez, votre écriture restera belle. Il en va de même pour le yoga.
  • Le yoga n’est pas une marque, ni un produit de consommation. Le yoga ne s’achète pas, il vient du travail personnel.
  • Le yoga est un état d’âme. Il a juste pour objectif de rendre l’humanité plus consciente.
  • C’est cela la participation de l’Inde dans ce monde.
  • Le yoga existe pour tous les temps. Il doit juste être modifié suivant les époques. Il a juste besoin d’être adapté à notre monde moderne.
  • Dans son intervention, Ram Dev a insisté largement sur la notion de purification. Dans un élan très théâtral, il a dit lui aussi des choses importantes. Il a aussi titillé les personnes sur leur poids.
  • La concentration est une étape importante. C’est à ce moment, que l’Esprit va au delà et peut atteindre le Divin.
  • Avoir une vie pure est une forme de yoga.
  • Vous devant moi qui m’écoutez, c’est déjà une forme de yoga. En ce moment, vous vous donnez entièrement à quelque chose, c’est une espèce de yoga. Se consacrer corps et âme à un but est yoga.
  • Parfois nos mouvements ne reflètent pas leur signification, c’est qu’ils sont faits sans «yoga». Cette attitude sans conscience a toujours existé et nous la trouvons encore dans des comportements à notre époque.
  • Le yoga est présent, il a son vrai sens, si nous y trouvons la concentration, qui nous mène à la sainteté. Le contrôle de l’Esprit nous conduit vers notre divinité. Cela est réalisable. Nous devons accorder à chaque aspect du yoga une importance égale, postures, respiration, concentration etc. Une conduite pure valorise notre sagesse. Nous avons à purifier tout ce que nous disons, tout ce que nous faisons. Ce sont les étapes incontournables pour réaliser le Divin en nous. Nous nous retrouvons alors dans un état de bien-être physique, mental, émotionnel, psychologique et spirituel. Tout cela est basé sur les Upanishad.
  • Nous pouvons utiliser les yogas sutras pour comprendre nos émotions. Un patient va chez son médecin et lui dit : j’ai mal partout : au ventre, au dos, au bras etc. Le médecin est perplexe car la plupart du temps, les personnes viennent avec la douleur à un seul endroit. Après les radios, scans et autre, le médecin lui annonce qu’il est en bonne santé. Il a juste une seule chose : le doigt qu’il pose sur toutes les parties de son corps est cassé, donc partout où il touche, cela lui fait mal. Ce doigt blessé représente le taux de mal-être de l’humanité actuelle. C’est à cause de ce mal-être que nous développons toutes les maladies qui apparaissent aujourd’hui, dont les maladies auto-immunes. Le yoga nous remet dans un état d’équilibre. Cela nous donne stabilité et joie réelle. C’est souvent le malaise de notre esprit qui provoque les maladies du corps.
  • Le yoga est utilisé dans les forces armées. Des expériences ont été faites auprès des militaires. Des groupes avaient des pratiques de yoga, d’autres non, c’étaient les groupes témoins. Leur but était que dans les conditions extrêmes comme en haute altitude ou dans les sous-marins, non seulement les soldats gardent toutes leurs facultés en alerte, mais aussi restent performants dans ces conditions. Des protocoles de yoga spécifiques pour les différentes situations ont été mis au point.
  • Le son OM. Il a été constaté que lorsque les personnes ont une vision plus noble de l’existence, à ce moment, elles ne voient pas les menus détails. Des recherches ont montré que le son OM diminue l’activité de certaines zones du cerveau qui sont parfois, dans notre vie actuelle, hyper activées. Chanter le OM permet d’augmenter la matière grise de l’hippocampe. Ce qui est particulièrement intéressant pour les personnes âgées. La pratique du yoga peut donc retarder la neuro-sénescence des personnes âgées.
  • Ce n’est pas le contexte qui crée le problème, c’est comment nous réagissons face à une situation. Le yoga permet de calmer l’esprit de l’individu, et celui-ci est alors rempli de joie et gère la situation sans en faire un problème.
  • L’Inde risque de devenir la capitale du diabète. Aussi travaillent-ils avec le yoga à cet effet.
  • Voici une classification des maladies: les maladies du corps, du corps et du mental (mind), du mental et de la conscience. Le diabète est une maladie du corps et du mental. Le stress est une maladie du mental et de la conscience. Le cancer est souvent une réponse au stress. Des études dans tous ces domaines sont en cours. Des modules spécifiques de yoga sont réalisés pour répondre aux différents cas.
  • La douleur provient de l’éclatement de la personnalité.
  • A l’heure actuelle, le monde est devenu un village mondial.
  • Nous devons associer les questions de paix avec le yoga. Le yoga est la relation, le lien, la connexion. Pour qu’il y ait yoga, il faut la relation avec le créateur. Le premier sens du mot yoga est la relation entre le corps et l’âme.
  • La première dimension du yoga : asana, pranayama, ne réussira pas si l’esprit n’est pas sain.
  • La deuxième dimension est l’équilibre entre les diverses âmes. Elles doivent être sincères, douces sinon il n’y aura pas de paix.
  • Un enfant était distrait, n’écoutait pas. L’instituteur pris la mappemonde qu’il avait sur le bureau et la découpa en de nombreux morceaux. Il les donna à l’enfant en lui demandant de les recoller. L’instituteur croyait que l’enfant n’y arriverait pas. Or celui-ci a eu fini en un temps record. Comment as-tu fait, demanda-t-il à l’enfant ? Dans les morceaux, j’ai vu un nez, des oreilles, des mains et je les ai mis à leur place. Nous avons à réaliser la famille du monde par notre darma. Nous aurons alors la paix intérieure.
  • Troisième dimension : L’union de notre âme à la Nature. Qu’en avons-nous fait ? La terre peut tolérer beaucoup de choses, mais actuellement l’exploitation est exagérée, à cause de la cupidité de l’homme, alors la Terre se révolte.
  • Quatrième dimension : Le rapport entre l’âme et le Divin. Le désir de colère, la cupidité sont à éliminer, car ils empêchent l’union entre les âmes, et entre celle du créateur. Que pouvons-nous faire ? Commencer par nous. Quand la paix est en moi, je peux commencer. Des organismes de plus en plus importants, réunissant des peuples, des pays ont essayé d’endiguer les guerres. Aucun organisme n’est capable de les arrêter. C’est notre responsabilité à chacun de commencer par nous, de commencer en l’homme.
  • Le yoga est une formation de l’esprit. Né en Inde, le yoga appartient à l’humanité entière.
  • Rappelons-nous que ce Monde est notre seule maison, et que nous avons à en prendre soin.
  • Si tu es un yogi, tu ne fais pas de tort aux autres, sinon tu n’es pas bien avec toi.
  • Si nous décidions de dire non à la violence, en une journée, nous pourrions résoudre tous les problèmes du monde.
  • Le yoga nous semble être à l’extérieur. En fait, c’est à l’intérieur qu’il est, qu’il doit être. C’est là le plus important. Les rituels etc. ne sont pas le plus important. C’est un monde libre qui donnera une image pure du yogi. Si nous sommes arrivés à ce stade, ce premier jour mondial du yoga, c’est grâce à la force des rishis. C’est eux qui ont médité et notre force vient de là, d’eux. Le yoga nous est venu de la divinité, pas spécifiquement d’une personne ou d’une autre.
  • Le yoga a été donné au Soleil. Ce savoir a été perdu, et aujourd’hui, il nous est retransmis.
  • Nous devons bénir, bénir, bénir et ne pas vouloir nous venger. Nous devons transformer les choses. Pour être capable de cela, nous devons renforcer la puissance de notre corps et de notre esprit. Nous avons à devenir des êtres purs, et non pas nous vanter. Rappelons-nous que notre monde est notre village. Soyons en paix avec notre voisinage.
  • Lorsque nous vivons de façon mécanique, c’est comme si nous étions dans une eau boueuse. Nous avons de nombreuses impressions latentes qui nous empêchent d’agir librement, cela nous maintient dans cette eau boueuse. Si nous posons un acte conscient, nous ne sommes pas infecté par cette eau boueuse, par ces impressions latentes, nous nous en dégageons. C’est pourquoi, le soir nous devons faire le tri. Qu’est-ce que je garde, le reste je m’en sépare. La fleur du lotus ne s’ouvre pas dans une eau boueuse. L’eau claire de la pluie ne reste pas sur ses pétales, elle s’écoule.
  • L’homme a trois facultés qu’il doit développer en même temps : savoir – désirer – agir. En effet, sans connaissance, il n’y a pas de désir. Sans désir, il n’y a pas d’actions. Le savoir gyan ne sert à rien s’il n’est pas utilisé. De même quel est le rôle du désir s’il ne nous fait pas agir ? Voilà comment nous devons appliquer le yoga. Ces concepts étaient pertinents autrefois, ils le sont encore aujourd’hui.
  • L’éducation des enfants doit se faire à la maison. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, alors les enfants sont perdus. Que voyons-nous aujourd’hui? Sur les genoux des parents, il y a l’ordinateur. Il n’y a plus de place pour l’enfant. Donc il n’y a plus d’éducation spirituelle pour l’enfant.
  • Si nous parlons des koshas, en fin de compte, tout dépend de la nourriture que vous donnez à vos corps, à votre corps physique. Tout d’abord : devenez végétariens.
  • Le Naad existait avant la création. C’est un son infini. A ce moment, l’assemblée a chanté le OM. Vous reconnaissez un objet sur base de ses vibrations. Dans le Rig Veda, nous trouvons qu’avant la création, il y avait un son cosmique originel. Quand l’Univers tourne sur son axe, il vibre le son du Om. Il doit être chanté avec un O court et un M long. Sentir l’Univers et ses différents mouvements d’énergie, c’est comme mettre en forme un instrument de musique, c’est mettre son corps en harmonie avec cette vibration éternelle. C’est l’expérimenter. Aum est une force d’équilibrage. Les trois lettres correspondent à penser – dire – faire.
  • *  Nous avons un esprit en fonction de notre nourriture. Il y a quatre types de nourriture. Nous nourrissons nos corps subtils, notre corps physique, puis il nous reste les déchets et nous les évacuons du système. Quand la nourriture est pure, vous êtes purs, votre mémoire sera pertinente. Cela est un art de vivre, qui s’acquiert par la pratique, par le détachement et ses huit composants. Tout ceci était déjà vrai au 12ème siècle.
  • Le fleuve peut couler vers le plaisir ou vers le détachement. C’est la sadhana qui vous réconcilie et permet au fleuve de couler vers le détachement.
  • Dans une voiture, il faut que les 4 roues se déplacent en même temps. C’est comme cela que doit être notre système éducatif.
  • La gita doit être lue et relue en yoga.